Antonio VERONESE

,    
DSCF7488

Antonio Veronese was born in 1953, Brazil (italian origins). From a very young age, he has formed a passion for drawing, especially in the figurative domain, which then led to an obsession for faces in regards to art.

Since the 1980’s, Antonio Veronese has been exposed in different areas such as Brazil, United States, Switzerland, and France. Today, his works are being exposed in numerous museums and private, or public collections. It has been 16 years that he is pursuing the role of a master, in regards of painting, near young prisoners in Brazil; this will be endorsed by the organization of the rights of men in Geneva, in which he will receive the “Honoris Causa” of the supreme court of justice, in Brazil.

This affectionate painter, elevates us through the traits of his faces and the fascinating looks, with sharp violences of red that stresses on the intensity of these faces. He is able to captivate us, while transforming us into a world that is ours… A reflection of our own lives.

ALEXANDRINE KORNILOFF

Works

Press


Sophie Attar - Le Figaro - Cahier Culture

Des tableaux marqués par la souplesse et la sensibilité. Quelque chose de personnel, une touche de spontanéité des visages. Uniques et pris aussi dans les processus voulu par l´artiste de la répétition. Un pour tous et tous ensemble. Des visages d´un monde âpre. Des visages d´enfants. A la marge. Enfants du Brésil. Ou du monde.

Sophie Attar – Le Figaro – Cahier Culture

Christine Monin - La Vie

Faces cabossées taillées à la serpe, aux regards intenses qui vous happent et ne vous lâchent plus. Visages de facture expressionniste qui disent la souffrance mais aussi l´espoir, la vie dans toute sa violence et sa beauté. La figure humaine hante la peinture d´Antonio Veronese. Motif obsessionnel qu´il déploie d´un tableau à l´autre. “Le visage est inépuisable, apprécie l´artiste. “J´ai ouvert la boîte de Pandore.” La palette du peintre se fait tendre avec des tons pastel et doux, ou plus criarde quand le rouge et le jaune explosent sur la toile. Originaire du Brésil, Veronese a longtemps travaillé aux côtés d´enfants emprisonnés, gamins des rues, victimes de violence, toxicomanes…Il en a gardé une capacité rare de saisir l´humain…

Christine Monin – La Vie

Risoleta Córdula- Affaires Culturelles- Ambassade du Brésil à Paris

Antonio Véronèse, artiste brésilien de renommée internationale, a ses œuvres exposés dans de nombreux musées, collections publiques et privées. Il est l´auteur de «Famine» à la FAO (ROME), de «Save the Children» symbole du 50ème anniversaire des Nations Unies (MONTE ALVERNO CONFERENCE CENTER-RED WOOD CITY-USA) ; de «Just Kids», symbole de l´Unicef (UNIVERSITÉ CATOLIQUE DE RIO DE JANEIRO); de «A la Marge” , installé en 1997 à l´Université de Genève (GENÈVE), aussi de “La Marche”, Parlement du Brésil (BRASILIA)…Pour son travail il a été invité auprès de la Commission des Droits de l´Homme à l´ONU, et a reçu de la Cour Suprême de Justice du Brésil la mention «Honoris Causa » du prix Ilanud (Latin American Institut of United Nations)

Risoleta Córdula- Affaires Culturelles- Ambassade du Brésil à Paris

Francisco Brennand, peintre et sculpteur

Antonio Veronese est un artiste complet, en qui les préoccupations esthétiques se confondent avec les qualités humanistes. Il se focalise essentiellement sur l´homme ou la condition humaine, dans sa souffrance la plus profonde… Sa préférence pour les têtes dénote que c’est seulement au travers des têtes qu’ il peut apprivoiser l´horreur…l´horreur de la condition humaine. Dans le dialogue de Timée , Platon affirme : « La tête humaine est l´image du monde.

Francisco Brennand, peintre et sculpteur

Modesto Lanzone, Musée Italo American of San Francisco

J´entends dire que les visages de Veronese évoquent les enfants prisonniers… Mais ç’est là une idée réductrice… Il est vrai que sa proximité pendant des années avec ces enfants en détresse a fortement marqué sa peinture, mais ce qu´elle dégage est plus profond…En réalité, c’est notre perplexité que peint Veronese, notre impuissance face à la vie et face au monde actuel. Voilà pourquoi il est au-delà des modes, voilà pourquoi c’est un classique. Il manquait à notre époque, empoisonnée par l´abstractionnisme galopant et par le nihilisme de l´art conceptuel, quelqu´un qui dessine le visage de la contemporanéité. C’est précisément ce que Veronese est en train de faire.

Modesto Lanzone, Musée Italo American of San Francisco