Patrick CHELLI

,    
581758_10150663730589567_765857454_n

Les Portraits de Patrick Chelli

Imaginons que nous soyons dans une autre époque où les jeux de la mondanité, du paraître, du spectacle, de la vie des arts soient dans une dimension sociale moins « exhibitionniste », plus libertaire et où la photographie serait comme une révélation, un relevé d’identité juste mâtiné d’un halo de « joie » du sujet. Ou bien considérons un certain type de portrait photographique sous un autre aspect, l’instantané d’un individu pris dans le quotidien de sa vie, dans une situation où son exposition privée donnerait des clés de son statut. Ainsi le photographe intervient, à ce stade-là, pour cadrer la gestuelle, le physique de son modèle, dans ses conventions sociales et privées, dans ce qu’on nomme la réalité du monde où il agit. Mais, à une différence minime, le photographe le fait dériver devant son appareil, détourne la stricte vision « naturelle » de la réalité pour en révéler une nouvelle, singulière, atypique, intime.
Les portraits cachés de Patrick Chelli ont cette particularité : « ils dissimulent des visages que nous connaissons pour mieux les dévoiler ». Les personnages apparaissent ici avec leurs attributs mais sensiblement voilés. C’est leur position face à l’appareil, à la mise en scène du photographe qui délivre le message, le sens de l’image que l’artiste instaure. Dans un monde pléthorique d’images mis à la disposition de tous via le Net et les réseaux sociaux, une certaine société joue à se découvrir sous des facettes les plus banales et les plus stéréotypées. Dans ces portraits d’artistes et d’anonymes, Patrick Chelli a utilisé un vocabulaire gestuel où mains, colonnes, multiples gestes de dissimulation des visages ou des corps laissent échapper une part d’eux-mêmes aussi révélatrice qu’un portrait photographique classique. Pris sur le vif, ou dans des circonstances sociales mondaines, les personnages se prêtent au jeu du photographe qui les cadre et les montre sous différents aspects peu conventionnels. Tout en voilant pour certains d’entre eux les « motifs » de leur célébrité, leur reconnaissance immédiate du public. Il y a aussi beaucoup d’humour dans ces portraits : voyez Gilbert & George, Yu Min Jun et quelques autres.
Patrick Chelli fait aussi référence à la peinture, et, notamment, aux Annonciations chez les peintres de la Renaissance italienne, aux colonnes, à l’ange Gabriel, à Marie, au jeu de cache-cache que l’on trouve dans les tableaux. Un clin d’œil.
Il n’y a pas si longtemps, Andy Warhol avait introduit dans ses portraits flashés de stars une certaine « distance » en les magnifiant, en les irradiant de couleurs fluorescentes et parfois en les dotant d’un côté délavé. Il montrait à sa manière un aspect de la « mondanité », de ce qu’on appelle aujourd’hui les « people », bien avant que notre époque baigne allègrement dans ce phénomène parasitaire et dérivé du fameux film de Fellini, la Dolce vita, avec l’invention du terme « Paparazzo », nom du personnage du photographe qui accompagne le héros, joué par Marcello Mastroianni. Patrick Chelli a renversé les paramètres dans son processus créatif comme il le faisait auparavant dans ses collages, ses sculptures, ses assemblages d’éléments qui pouvaient sembler disparates ou incongrus – disons surréalistes, pour en donner une nouvelle vision. En ce sens, on peut évoquer à ce propos ce que Guy Debord écrivait : « Le spectacle n’est pas un ensemble d’images, mais un rapport social entre des personnes, médiatisé par des images. »
Mais le monde a encore changé, et, le rapport photographique doit sans cesse renouveler son approche du réel et de la réalité, par une esthétique différente.

Texte de Patrick Amine, 2013 (Tout droits de reproduction réservés).

 Patrick CHELLI artiste Français ,né le 23 mars 1955, vit et travaille à Paris.

Principales expositions :

  • 1997: « Boîtes », Galerie Eterso, Paris
  • 1999: « L’avis des animaux », Galerie MC, Paris
  • 2001: « Des collages immédiats » , Galerie Eterso, Paris
  • 2003: Reliefs bois, Galerie Sémanaz, Pré St Gervais
  • 2004: Sculptures, Galerie Sémanaz, Pré St Gervais
  • 2006: Boîtes & collages, Galerie P. Chelli, Paris
  • 2007: Exposition Photos, Galerie P. Chelli, Paris
  • Exposition de groupe «07-07-07», Galerie Evi, Gougenheim, Paris
  • Collages, Galerie TOM, St Tropez
  • 2008: « Mystère », Reliefs & collages, Galerie P. Chelli, Paris
  • « Les oiseaux », Reliefs, Galerie P. Chelli, Paris
  • 2009: « Des collages immédiats 2 », Galerie Alexis Lartigue, Paris
  • 2010: Arts Elysées, Galerie Alexis Lartigue, Paris
  • Slick 2010: Galerie Artaban, Paris
  • 2013: Galerie Daniel Besseiche,Paris
  • Avril 2014: Exposition collective -ABK ART Gallery & ARTABAN-Paris